Clinique psychanalytique

  
  
 A+ 
 A

La question que je vais essayer de développer ici m'est venue lors d'une séance du Cercle de Recherche sur l'Autisme auquel je participe, cercle de recherche sous la direction de Marie-Christine Laznik à qui je dois, comme à Charles Melman, tout mon questionnement et ma vigilance concernant le travail avec les enfants autistes ou psychotiques. Je leur adresse cette réflexion, ainsi qu'à Marcel Czermak dont les travaux sur la psychose m'ont beaucoup inspirée dans ce que  ce que je vais tenter d'aborder aujourd'hui.

À la séance du 29 mai 2006, au Collège d'enseignement pour les psychanalystes en formation, Marcel Czermak avait abordé la question du refoulement originaire. Cette intervention est venue éclairer les questions autour desquelles je tourne, concernant ce qui peut bien se passer pour un enfant autiste et dès son âge le plus tendre. En effet, je m'occupe dans ma pratique clinique de tous petits bébés présentant des signes de souffrance laissant présager une évolution vers une pathologie autistique. J'avais déjà été très intéressée par ce que Marcel Czermak et son équipe  nous avait amené aux journées sur l'oralité. Cela se passait à Grenoble. J'avais été très intéressée par les cas extrêmes de psychose où l'on avait à faire à une déspécification pulsionnelle. Cela n'était pas sans me rappeler ce qui par ailleurs m'interrogeait concernant certains stéréotypes chez des enfants autistes ou psychotiques. Je vais laisser cela en suspens pour tenter de reprendre mon propos, tel que je l'avais élaboré avant mes dernières lectures.

J'ai toujours eu du mal à comprendre quelque chose au refoulement originaire parce que se posait la question pour moi de ce qui serait primitivement à refouler afin de permettre aux refoulements secondaires de se mettre en place. Comme le souligne Marcel Czermak, concernant ce dernier nous sommes sur un terrain métaphoro-métonymique, et celui-ci est à peu près balisé par la doctrine.

A Tokyo en avril 1971, Lacan fait une conférence s'adressant à l'équipe réunie pour la traduction des Écrits au Japon. Lacan y explique son retour à Freud : « L'inconscient n'est pas une substance, Freud ne parle que de mots, de phrases, de lettres que l'on trouve à la fin de l'analyse d'un rêve » ainsi dit-il, « cela atteste qu'un certain nombre de phénomènes obscurcis par des interprétations psychologiques ou médicales, qui font de ces phénomènes des transpositions (c'est-à-dire avec un lien de cause à effet) qu'un certain nombre de phénomènes ne sont à considérer pour le psychanalyste que du côté d'une lecture, c'est-à-dire au sens de la traduction, c'est-à-dire à situer dans le champ du langage ». Dans ce même champ du langage, Lacan situe en 1953 le Symbolique, l'Imaginaire et le Réel comme les registres de la réalité humaine, les registres du parlêtre. Plus tard, dans son séminaire RSI, il en fait les catégories primaires de la langue, il les situe comme des catégories qui ne sont pas mise en place par la castration mais qui sont les Noms-du-Père « RSI dit-il ce sont les Noms-du-Père ! ».

Nous n'avons pas d'autres moyens d'aborder la question de la psychopathologie chez l'enfant que de nous repérer à la façon dont certains phénomènes ne sont articulables seulement dans le champ du langage. Ceci a des conséquences sur la façon dont nous allons appréhender tout ce qui est du registre du soin. Ce sont de ces tous premiers éléments de la structuration psychique, donc langagière que je vais essayer de rendre compte, d'en formaliser l'analyse de certains phénomènes et tenter de dégager les possibilités de soigner un enfant malade avec cet outil que constitue la psychanalyse, montrer aussi comment les seuls traitements préconisés aujourd'hui, les thérapies cognitivistes, comportementales ne peuvent tenir lieu de soin unique  pour toutes les pathologies infantiles particulièrement des pathologies aussi graves que celles de l'autisme ou encore la psychose infantile.

D'ores et déjà, peut-être faut-il se poser la question de « Qu'est ce qu'un enfant ? ». Je reprendrai là la définition que Charles Melman en avait donnée aux journées d'études sur la question de l'autisme (1995). Elle me paraît tout à fait riche d'enseignement quant à ce que nous avons à considérer dès lors que nous sommes  dans notre pratique à rencontre un enfant. Je cite « Un enfant c'est d'abord un réel à partir du moment où il  commence à être présent dans le ventre maternel. C'est un  réel qui pourrait témoigner que la jouissance sexuelle a été bénie. Le problème sera justement de savoir si pour la mère, si pour le père, cette bénédiction sera prononcée...ou pas....C'est chez Freud dans le processus qui l'appelle Bejahung. Il y a Bejahung ou il n'y a pas Bejahung. Mais qu'il puisse y avoir prise dans un processus vital, il faut d'abord qu'il y ait Bejahung. Le terme de Lacan qui est celui de symbolisation est beaucoup plus riche que celui de Bejahung chez Freud. Pourquoi ? Parce que, et c'est là qu'il y a un clivage important, une séparation importante entre Freud et Lacan parce que ce qui est rejeté vient du dehors. Or ce qu'apporte en plus le processus de symbolisation, c'est que le oui qu'il implique, ce oui est fondé sur un non. C'est aussi oui parce que ce n'est pas ça. On voit donc comment le processus de symbolisation tel que Lacan le conceptualise, fait franchir un pas considérable par rapport à la dialectique freudienne qui reste à mes yeux, une dialectique de type paranoïaque, c'est-à-dire ce qui est mauvais est mis dehors et que du même coup le dehors est menaçant ».

La négation la plus radicale étant le réel, c'est-à-dire l'impossible. L'impossible, un impossible, c'est ce que semble rencontrer la mère d'un enfant autiste avec ce bébé qui ne semble pas lui accorder le moindre intérêt.

Après tous ces préalables posés concernant le statut d'un enfant, articulé au procès de symbolisation, j'en viens maintenant à une vignette clinique pour tenter de formaliser ce que j'appellerai le premier paradis perdu, et je le tiendrai  comme la condition nécessaire et suffisante à l'avènement d'une pulsion.

Chassé du paradis... ou qu'est-ce que passer de l'organisme au corps ?

Notons déjà que dans toutes les recherches y compris génétiques (les dernières en date concernent les neurones miroirs), il s'agit bien de comprendre et au tout début, pourquoi des enfants parleront et auront des relations aux autres, alors que d'autres (en très petit nombre heureusement) ne parleront pas, auront un langage tout à fait désarticulé sans visée conversationnelle. De ce fait ils se trouveront handicapés dans leurs relations aux autres et par conséquent dans leur vie intellectuelle et  sociale. J'exclue là les pathologies congénitales et  certains mutismes électifs, bien évidemment. Ces enfants qui ne parleront pas, ce sont ceux-là qui nous sont confiés et que nous prenons, quand cela est rendu possible, en traitement psychanalytique. Il se trouve qu'une certaine « déspécification » pulsionnelle, dans les cas les plus graves, ou pour le moins un dysfonctionnement pulsionnel inquiète beaucoup plus les parents que l'absence de langage ou de manifestations du langage à l'âge requis.

Donc le premier paradis dont l'enfant serait chassé et déjà avant même sa naissance du moins symboliquement, dénaturé qu'il est par le langage, paradis dont l'enfant lui-même, dont personne d'ailleurs ne pourrait rendre compte, que serait- il ? Il y a maintenant deux ans peut-être un plus, j'avais eu l'occasion de visionner un petit film familial de quelques minutes concernant une petite fille de trois semaines, très éveillée...Cette petite fille était installée dans un « baby relax » posé sur une table, c'est-à-dire qu'elle se trouvait à hauteur des adultes, elle faisait face à sa mère et sa grand-mère. Sa grand-mère lui chantait la comptine des « petites marionnettes ». « Ainsi font, font, font les petites marionnettes, ainsi font, font, font, trois petits tours et puis s'en vont...parties ». Déjà là nous appréhendons qu'il n'est nul besoin de vraies marionnettes pour jouer, chanter. Tout cela en rythme avec de la prosodie et toute l'attention, le désir, le plaisir, l'amour que l'on peut imaginer dans ces moments privilégiés. À l'époque nous réfléchissions, dans le cercle de recherche sur l'autisme de Paris, avec Marie-Christine Laznik, nous réfléchissions à l'importance de la prosodie dans la voix maternelle, et c'est Marie-Christine Laznik qui nous avait présenté cette petite vidéo. J'avais à l'époque considéré ce moment de cinéma comme exemplaire de ce que l'on pourrait appeler, l'avènement d'une pulsion.

Dans ce moment de cinéma :
- 1er temps : la poussée
La petite fille regarde sa grand-mère, les mains de sa grand-mère tournent en rythme, l'objet regard articulé à l'écoute  de la voix de la grand-mère, se trouve mobilisé.
- 2ème temps : le retournement
La petite fille esquisse et confirme le mouvement de faire tourner ses mains et de les regarder tourner, elles sont à portée de son regard.
‘‘Nos neurocognitivistes'' appellent ça l'imitation conjointe, cela se passe bien sur très tôt. Ils ne lient pas toujours la réceptivité active des bébés à une intentionnalité du bébé à l'endroit de l'Autre et de l'Autre à son endroit, au fait que par exemple, cette grand-mère s'adresse à l'enfant, elle lui veut quelque chose, elle parle, elle chante et le bébé ne semble pas pouvoir y échapper, et transitivement ne pas le souhaiter.
- Ce qui m'amène au 3ème temps : Se faire objet de plaisir, de jouissance pour l'Autre
La petite fille se détourne de la vision de ses mains pour aller « planter » son regard dans le regard de sa grand-mère, elle se fait objet regard pour sa grand-mère. Les petites mains du bébé continuent à tourner.
Par la suite, quelques instants après, elle poussera un borborygme à l'endroit de sa mère, ce qui peut-être lu comme un appel à l'Autre, dans la parole, et cela lui vaudra de la part de celui-ci des félicitations pour les prouesses qu'elle vient de réaliser si petite pour sa mère et sa grand-mère et aura pour conséquence également l'arrêt du jeu.
Ce qui m'a vivement intéressée dans cet épisode, c'est le détournement du regard de la petite fille à l'endroit de ses mains.  C'est un peu comme si elle les oubliait au moment où elle les découvre.
Là me semble t-il quelque chose chute, elle perd quelque chose du fonctionnement de son  corps dans son attention à l'Autre, œil à œil articulé à la voix grand-maternelle. Puis elle se détournera encore  de cette dernière, pour regarder cette fois-ci en direction de sa mère dans un borborygme qui à mon sens constitue un appel, ce qui lui vaudra les félicitations de sa mère et sa grand-mère.

J'émettrais l'hypothèse que ce paradis que perd ce bébé dans cette saynète toute banale, le paradis que perd ce bébé pour prendre cet exemple, c'est précisément le fonctionnement  de son organisme (les petites mains qui tournent, dont elle se détourne dans son attention à l'Autre). Je pousserais l'hypothèse concernant ce regard à l'endroit de ses mains que cette vision qui devient regard, ne devient regard que dans  l'articulation à cette relation à l'Autre maternel. D'ores et déjà, que la pulsion soit une opération impensable en dehors du registre du langage, c'est certain. Pourtant, elle est souvent traduite par le mot instinct. Or, nous dit Lacan « le propre de l'instinct, c'est d'arriver à son but et ça ne prouve rien que ça soit satisfaisant... » Ça n'est pas le cas de la pulsion qui elle n'atteint pas son but quant à la satisfaction même si elle amène quelque apaisement. Donc la pulsion chez le nourrisson, celle qui conditionne la mise en place d'un objet n'a pas à mon sens le même statut, concernant la jouissance engendrée par l'opération même de la pulsion, n'a pas le même statut qu'une jouissance d'organisme. La jouissance dans la pulsion est articulée à la jouissance de l'Autre parce que justement la mère ou son substitut, est mère (elle l'aime cet enfant) et à la fois elle représente l'Autre du langage pour l'enfant. C'est ce troisième temps de la pulsion qui pourrait nous permettre de l'appréhender.

Je dirai que cette petite fille est prise là dans les rets du langage, c'est-à-dire dans les rets de la demande telle que Lacan la conceptualise. « Aller crocheter la jouissance de l'Autre » se faire son objet, c'est venir d'une part, confirmer que l'Autre ek-siste à votre existence. Ek est un préfixe (grec) qui veut dire avant. Il en est la condition même et prend place dans un certain ordre, et du même coup, vous ménage une place dans l'ordre des générations.

Mon hypothèse serait que : la condition même de la vie pulsionnelle chez le nourrisson serait qu'au préalable, le fonctionnement du corps au titre d'organisme soit refoulé. C'est-à-dire que le réel que constitue ce fonctionnement, soit refoulé et cela ne peut se faire que dans l'articulation à la jouissance de l'Autre. C'est ce que j'oserais appeler (c'est une hypothèse) : refoulement originaire... Marcel Czermak parle de forclusion primitive.
Le refoulement « originaire » serait la condition même à ce que nous ayons un corps. Un semblant de corps donc... Nous ne savons pas comment nous nous sommes mis à marcher, parler, lire, écrire, cela concerne tout aussi bien, en effet, la sphère des premiers apprentissages. C'est même en cela que l'on peut dire que l'on n'apprend pas à manger, regarder, entendre, parler. Tout cela commence bien sûr  par cet engagement de l'enfant dans la vie pulsionnelle et cela demeure à mon sens une opération langagière qui s'adresse à l'Autre.

Si nous tenons cela pour quelque chose d'à peu près plausible, nous pouvons dire que la pulsion est sexuelle au sens où elle permettrait le voilement de l'organisme dans son  fonctionnement, séparant par exemple, la question de la vision de celle du regard. Si nous avons un semblant de corps, nous n'avons pu en chercher l'Unité que hors de nous mêmes, c'est par rapport à notre semblable langagier qu'il s'est construit. Nous sommes donc des animaux dénaturés par le langage.

Ce que m'a évoqué cette scénette, je le dois à ce qui, à contrario m'a toujours interrogé chez les enfants autistes ou psychotiques. Tant de recueils d'anamnèse où il est évoqué que l'enfant concerné s'était, à l'âge de huit mois détourné du visage humain pour s'intéresser à ses mains puis à des objets métalliques. Pourquoi peut-il passer des heures à contempler ses mains tourner ou remonter de ses  mains un fil invisible ? Pourquoi peut-il jeter par terre tous les objets du haut des meubles pour observer passionnément  leur chute et recommencer à loisir si on ne l'arrête pas ? Ça  n'est pas seulement la contemplation d'un objet ou de ses mains comme objets, mais la contemplation d'objets en mouvement, dont il peut agir le mouvement bien sûr, d'objets donc en fonctionnement, ce qui n'a rien à voir avec une jouissance fétichiste.
Nous percevons dans ces activités stéréotypées quelques signes de jouissance à répéter indéfiniment le geste mais aussi quelques signes de souffrance quand nous tentons de le distraire de son occupation. Il n'est pas rare non plus d'entendre des parents nous dire que cet enfant  là,  quand il était bébé, se nourrissait  quand  on lui donnait à téter, mais le reste du temps, ne réclamait pas, pouvant passer des heures sans manger, si la mère n'y prenait pas garde. Il restait de nombreuses heures sans se nourrir ou à contrario, il ne pouvait s'arrêter de téter et d'inquiéter ses parents « il avait toujours faim ! » tant il restait insatiable. Ou encore ces tout petits, restant dans leur berceau, très calmes, les yeux grands ouverts au point que les parents n'arrivaient plus trop à repérer quand leur enfant dormait.
Tant d'exemples qui nous montrent quoi ? Je dirais déjà que devant de tels phénomènes observables aujourd'hui chez certains bébés, nous ne pouvons « transposer » ce que nous connaissons de la névrose. Marcel Czermak en la matière, et concernant ce qu'il appelle une despécification pulsionnelle rencontrée chez certains de ces patients psychotiques, parle de représentants sans représentations et qui fonctionnent donc sur un mode automatique. C'est ce à quoi l'on a à faire quand nous travaillons avec les enfants autistes, des représentants, c'est-à-dire, c'est mon hypothèse, des stéréotypies y compris verbales, c'est comme cela que je comprendrais la question de ces représentants sans représentations.

Cela m'amène alors à poser la question d'un préalable au traitement de l'enfant atteint du syndrome autistique. Je dirais qu'il passe par ce travail avec l'enfant et sa mère, par ce travail de lecture et non de transposition, c'est-à-dire lire les stéréotypies comme nous lisons le symptôme. Une lecture dans l'ici et maintenant d'un discours si peu articulé qu'il soit, et non pas une transposition. Transposition au sens de ce que je disais tout à l'heure concernant la cause. Il y a bien longtemps que je ne me préoccupe plus de la cause de l'autisme dans le traitement, il ne s'agit pas non plus de lire n'importe quoi dans ce que manifeste l'enfant par ses stéréotypies. Nous ne lisons pas n'importe quel symptôme, en l'occurrence, pas n'importe quelle stéréotypie mais celle qui a trait au transfert de l'enfant sur son thérapeute... à nous donc.

À partir de ce transfert, la question serait  peut-être  de permettre quand cela est rendu possible un  passage de l'organisme au corps. Un corps, des fonctions qui fonctionnent articulées  au langage, c'est-à-dire à cet Autre du langage, supporté par la mère où son substitut. C'est par elle que ce dépôt de lettres que constitue l'inconscient trouve sa voix/voie en même temps qu'il les perd (ces lettres précisément). Le cas de certains enfants  nous montre qu'il a bien fallu donner voix à ces lettres, les articulant au discours de leur mère pour que quelque chose advienne d'une possible métaphore, qui à défaut d'être celle paternelle, mais métaphore tout de même, peut leur aménager une existence à défaut d'une ek-sistence. C'est ce que j'appellerais le passage de l'organisme au  corps et la perte de ce qui constituait le paradis de l'enfant autiste.    
 

Martine Lerude : À partir du moment où il s'agit de représentants sans représentation quelles  sont les conséquences, qu'est-ce que ça implique ?

Paule Cacciali : Ça implique d'en faire une lecture symptomatique, ça implique de faire l'hypothèse qu'on a affaire à un symptôme, et d'en  faire la lecture avec la mère, et c'est là où c'est très important chez les tout petits, et on y arrive bien à travailler avec une  mère et son enfant autiste. Il y a un premier temps dont je dirai que c'est de l'ordre du jugement d'attribution, quelque chose de l'attribution qui est très important, attribuer quelque chose, un sens complètement arbitraire, mais le forcer à sortir de ce représentant sans représentation pas forcément œdipienne, une disjonction signifiant signifié, qui me semble essentiel dans le travail.

Dominique Janin-Duc : Ce que je voudrai ajouter justement, ce qui est aussi important c'est que le forçage signifiant n'est pas forcément manifestement sexuel. Notamment avec les enfants autistes c'est la question du fonctionnement du corps et de la pulsion qui est sexualisée et sexualisante. Je me rappelle au début  où je travaillais avec les enfants autistes et psychotiques, du sexuel œdipien on en voyait partout, on était souvent dans ce type d'interprétation. Mais ce n'est pas de ça du tout qu'il s'agit, c'est de cette disjonction signifiante, disjonction signifiant signifié,  et de ce travail d'attribution que l'on a à faire, et qui met en place dans le meilleur des cas un fonctionnement pulsionnel qui est phallicisé mais qui n'est pas forcément œdipien.

Paule Cacciali : En tout cas ce qui est important, c'est qu'il y a pulsion parce qu'il y a langage, sinon on n'a pas affaire à une pulsion.
 

Ce site utilise des cookies.

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données, les cookies sont considérés comme des données personnelles.
Nous utilisons uniquement des cookies techniques et fonctionnels qui ne portent pas atteinte à votre vie privée.