Clinique psychanalytique

À une journée de travail à Nantes, Charles Melman évoquait un passage du séminaire Les non-dupes errent qui n'avait pas été repris au moment de son étude et dans lequel Lacan évoque la différence des sexes dans le nœud borroméen.
Dans les leçons du 14 et 21 mai Lacan se demande ce qui pourrait faire surgir une différenciation dans le nœud borroméen puisque le Réel, le Symbolique et l'Imaginaire sont équivalents. Il répond avec l'orientation, que du seul fait de la manipulation du nœud il surgit une distinction qui est de l'ordre de l'orientation. Le nœud peut-être dextrogyre ou lévogyre, le passage de l'un à l'autre pouvant se faire par transformation.
Mais pour cela il faut que, si l'on prend un nœud élémentaire de deux cercles et une droite infinie, il faut que la droite soit raboutée en cercle pour qu'apparaisse quelque chose qui est de l'ordre de l'orientation.
Et puis en réponse à une question, il aborde le nœud borroméen et les quatre options d'identification sexuée. Il situe chacune des quatre écritures sur le nœud borroméen en utilisant les quatre quadrants qu'il détermine dans sa mise à plat et qui ont entre eux des rapports « tétraédriques » où il inscrit les quatre places réservées aux modes de l'identification sexuée.
Sans rependre la démonstration, le point qui peut nous intéresser plus directement est que dans cette opération de rabattement de la droite infinie en un cercle, il y a quelque chose qui se coince. Et c'est dans ce coinçage qu'est pris le sujet. Le coinçage comme cause du sujet. Mais il y a une différenciation possible, le rabattement peut donner une orientation lévogyre ou dextrogyre. Nous pourrions peut-être dire deux sujets, deux sexes.
Une différenciation rendue possible par une simple manipulation du nœud mais la particularité c'est que pour les deux, l'objet cause est le même. Dans le tableau de la sexuation l'objet est différent pour chaque sexe, le phallus pour une femme et l'objet petit a pour un homme.
Pourrions-nous avancer que le nœud borroméen à trois constitue la nouvelle norme pour les sujets que nous rencontrons aujourd'hui, ce qui permet qu'il puisse y avoir une différence des sexes, chacun correspondant à une orientation différente du nœud mais par contre l'objet cause, l'objet coincé serait le même pour les deux sexes.